.

.

TOPS 10

TOPS 10

4ème étape ''Berglauf-Cup Zürcher Oberland'' - Wernetshausen (Suisse)

Jeudi 17 août 2017



Les journées se suivent en Suisse et la fatigue s'accumule dans l'organisme au fil des étapes de montagne. Aujourd'hui, c'est l'étape la plus courte mais pas la moins éprouvante. En plus, les températures sont toujours bien élevées. Les 35 degrés doivent rendre jaloux nombre de parisiens qui pataugent sous la pluie et avec une température bien plus faible. Je fais le malin, mais pour courir j'aurais préféré une chaleur moindre. L'étape du jour va nous voir partir de Wernetshausen et prendre la direction du sommet de la montagne à la Tour du Bachtel. Cette tour comprend une table panoramique avec les croquis et le nom des montagnes visibles depuis le Bachtel. Par beau temps, la vue s'étend du Bachtel au nord jusqu'à la Forêt Noire.








Le premier kilomètre et demi de course va nous voir monter sur une pente régulière de 10%, puis les passages à 20% viendront titiller nos mollets bien fatigués. Je stationne ma voiture à mi-parcours, à côté du ''Bachtel-Ranch'', qui est au pied du début de l'ascension la plus raide. Avant de me changer, nous allons nous balader en direction du Bachtel-Kulm qui est le restaurant d'altitude à côté de la Tour. Mais bien évidemment, nous n'allons pas jusqu'en haut, on fait demi-tour pour admirer le magnifique paysage qui nous est offert.



Une fois à la voiture, je me prépare. Dossard numéro 107 fixé sur mon débardeur de l'UA Chauny, New Balance bien lacés, c'est bon, j'entame la descente en trottinant vers la vallée où le départ sera donné. Il n'y a que 1,8 kilomètres à faire mais même en descendant c'est difficile. Une fois en bas, je poursuis mon échauffement en côte. L'an dernier, c'était la seule étape sous la pluie. Cette année, ce n'est même pas envisageable, le ciel étant bien bleu. Mon objectif de la journée est le même que les jours précédents, à savoir réaliser un meilleur chrono qu'en 2016. J'ai plusieurs points de passage où je vais pourvoir comparer.






Le speaker, assis à l'arrière de son pick up 4x4, nous invite à nous placer derrière la ligne de départ située tout en bas de la Bachtelstrasse. En fait, nous allons prendre uniquement cette route, du bas, au sommet. ''Fünf, vier, drei, zwei, ein'' et le départ est donné ! Nous quittons Wernetshausen en tournant à gauche puis en empruntant une grande courbe sur la droite. A la sortie de cette courbe, je suis déjà rincé. Nous sommes en plein soleil. Une longue ligne droite en direction de quelques arbres me paraît interminable. Je regarde peu devant moi, je préfère me consacrer à la route et à mes pieds, ça évite d'avoir des pannes de moral car les mètres ne passent pas à une vitesse énorme. Je finis par arriver à l'ombre, mais ça grimpe beaucoup plus fort à cet endroit.




Puis, nous retrouvons le plein soleil avec une nouvelle longue ligne droite toujours aussi grimpante. De temps en temps, un chalet se trouve à côté de la Bachtelstrasse, perdu en pleine montagne. Au moins, ils ne sont pas embêtés par les voisins. Pas besoin de mettre une petite pancarte :''désolé, ce soir nous faisons une petite fête''. Enfin, moi je ne suis pas à la fête dans cette montée. J'ai quand même passé mon premier kilomètre avec 2 secondes d'avance sur 2016. Pourtant je suis dans le dur. Un peu plus loin, la route tourne sur la gauche. Je me rapproche de l'endroit où je me suis stationné.



A cet endroit, il y a une légère descente d'une centaine de mètres. Le ravitaillement y est placé. Je prends un gobelet d'eau et une éponge que je glisse sous la casquette pour me rafraîchir. Je laisse le parking où se trouve mon véhicule sur ma droite et quand j'arrive à la hauteur du ''Bachtel-Ranch'', je tourne sur ma gauche. Un premier panneau ''Veranstaltung'' suivi d'un second qui fait plus peur ''20%'', sont plantés sur le bord droit de l'étroite chaussée. 













Quand il faut y aller, faut y aller. Tête baissée, corps penché vers l'avant, petites foulées, je grimpe en courant. De nombreux coureurs montent en marchant. De temps en temps je lève la tête pour voir où j'en suis. La route fait un coude sur la droite. Que c'est difficile 20%, mais je tiens le coup. Un peu plus loin je passe mon second point de passage avec maintenant 3 petites secondes d'avance sur l'année dernière.





La route passe sous quelques arbres et c'est à ce moment là que je subis une réelle défaillance. Je n'avance plus, pourtant c'est un peu moins raide que précédemment. Je ne me sens pas vraiment dans mon assiette et je dois me résoudre à marcher. Au début, même la marche m'est difficile, puis j'arrive à reprendre mon souffle et quelques mètres plus tard je cours à nouveau, mais je n'avance pas. Ce qui me rassure, c'est que les coureurs qui m'entourent sont plus ou moins dans le même état que moi.





La Bachtelstrasse tourne sur la gauche. A chaque virage c'est encore plus pentu. Une cinquantaine de mètres de ligne droite et je retrouve une petite portion de plat. Pas question de me lancer dans une course folle, mais au moins je récupère un peu. Mais malheureusement, ça ne dure pas bien longtemps car une centaine de mètres plus loin, nous prenons un lacet sur la droite et ça remonte sec. Je fais ce que je peux et je ne peux pas beaucoup. Une courbe à gauche et à mon troisième point de passage, je paye cher ma défaillance. J'avais 3 secondes d'avance et maintenant j'en suis à 44 de retard. Et je ne suis pas encore au sommet, dont les 500 derniers mètres sont terribles. J'y suis maintenant. Ça fait un peu comme les ''21 virages de l'Alpe d'Huez'', sauf qu'ici il n'y a que les ''3 virages de Bachtel''. Le premier tronçon est le plus raide (25%), puis on revient sur des pourcentages plus humains même s'ils avoisinent les 20%. J'arrive sur la dernière ligne droite avec la Tour de Bachtel juste devant moi. Je franchis la ligne d'arrivée 161ème/260 en 26'34''.






J'ai fait une belle fin d'ascension car je reprends pas mal de temps. Je ne termine qu'à 5 secondes de mon chrono de 2016. Mais j'ai quand même échoué dans mon objectif du jour. Je passe au ravitaillement final pour me désaltérer. La vue sur la vallée est une fois de plus magique et ça l'est encore plus en se disant qu'en peu de kilomètres, on est passé de tout en bas à ici.





Au classement général de la Berglauf-Cup Zürcher Oberland, je suis maintenant 130ème/433 avec 3957 points. Je gagne une place. Et en catégorie H40, je me retrouve dorénavant en 26ème position. Plus qu'une seule étape et je vais pouvoir souffler. Enfin, c'est surtout mes jambes qui en ont un grand besoin. Vivement les sorties plates. Mais j'adore vraiment cette course. L'année prochaine je compte bien revenir ici.



Maintenant c'est le moment de regagner la voiture, donc j'entame la descente en direction du ''Bachtel-Ranch''. Je croise les ''marcheurs-balais'', qui me reconnaissent et me remercient pour mon blog. C'est très gentil de leur part. Déjà, tout à l'heure lors de mon passage sur la ligne d'arrivée, le speaker en avait parlé (même en allemand j'avais compris). Je poursuis la suite de la descente et je suis bien content de me changer car je suis totalement trempé. Demain, cinquième et dernière étape avec un départ à Kempten.

Aucun commentaire: